Catégories
Uncategorized

La part de la culture dans Interreg IVA France(Manche)-Angleterre : un aperçu

Livres anciens français et anglais ( Crédit photo: jorge vicente, freeimages.com).

Interreg est un programme de coopération territoriale européenne financé par le fonds européen de développement régional (FEDER). Son volet intitulé « Interreg IVA France(Manche)-Angleterre » a permis le financement de projets variés entre 2007 et 2013 pour un budget global d’environ 326 millions d’euros (dont 173 millions de la FEDER). A l’intérieur du programme opérationnel qui le concerne, son objectif général est ainsi décrit : « favoriser l’émergence d’un espace de citoyenneté commune et du sens d’appartenance à un espace transfrontalier et d’une identité spécifique (…) »[1]. Trois éléments retiennent l’attention : une citoyenneté commune, le sens d’appartenance à un espace et une identité spécifique. Le premier (la notion de citoyenneté) est principalement politique, tandis que le deuxième (l’appartenance à un espace) demeure assez ambigu. Quant au troisième élément, celui de l’identité, il pourrait être interprété à première vue comme fondamentalement culturel. Le programme, se divisant en 4 axes (ou objectifs) prioritaires, et se subdivisant en 11 objectifs spécifiques, ne contient pourtant qu’un seul objectif spécifique qui concerne directement le domaine culturel, le 7ème : « partager des activités liées à la culture et au patrimoine », subdivision de l’axe 3 : « construire un espace commun attractif pour y vivre et pour le visiter »[2]. De plus, le financement a été très inégalement réparti entre les différents axes, et au final l’axe 3 n’a bénéficié que de 23% du financement total, contre 31% chacun pour les axes, ou objectifs, 2 et 4, ceux, respectivement, du développement économique et du développement durable[3].

Dans le programme opérationnel d’Interreg IVA 2 Mers, programme partenaire d’Interreg IVA France(Manche)-Angleterre et qui inclut aussi la Flandre et les Pays-Bas, l’objectif général est bien plus orienté vers ces questions de développement puisqu’il se résume ainsi : « participer au développement de la compétitivité et du potentiel de croissance durable des atouts maritimes et non maritimes de la zone (…) »[4]. Croissance et compétitivité sont ici les principes directeurs affichés, tandis que le programme France(Manche)-Angleterre se veut en apparence plus humaniste. Dans le cas des deux programmes, il est clair que la culture n’était destinée qu’à occuper une place relativement limitée, qui représentait un objectif parmi de nombreux autres, tel qu’on peut aussi le constater en lisant le règlement de la FEDER. Dans son article 6 sur la coopération territoriale, la culture (au même titre que l’environnement ou la santé) semble être perçue principalement comme un outil de développement économique et non un objectif en soi. Ainsi la première des priorités consiste à « (encourager) l’esprit d’entreprise , notamment le développement des PME, du tourisme, de la culture et du commerce transfrontalier » ; la culture est insérée dans une énumération de différents domaines dans lesquels pourront s’inscrire l’ « esprit d’entreprise »[5]. Comme dans la structure même des programmes opérationnels susmentionnés, le domaine de la culture n’est que la subdivision d’un ensemble plus général orienté vers l’économie de marché.

Interreg IVA France(Manche)-Angleterre mentionne d’ailleurs, à l’intérieur de l’objectif spécifique 7, l’impératif de durabilité économique des projets culturels à organiser[6]. C’est autour de ces projets que tournent nos recherches, et c’est à présent sur eux que nous allons nous concentrer. 39 projets au total ont été menés à bien avec une participation de la FEDER qui s’élevait à presque 36 millions d’euros[7]. L’Union européenne a donc, en principe, dépensé 36 millions d’euros de son budget pluriannuel pour l’exercice 2007-2013 (862,3 milliards d’euros) pour aider au financement de projets culturels de coopération territoriale entre les régions du Nord-Ouest de la France et celles du Sud de l’Angleterre[8]. Il reste cependant à examiner ces différents projets afin d’établir s’ils relèvent véritablement du domaine de la culture à proprement parler, et si la culture n’y était pas potentiellement instrumentalisée au service d’autres objectifs distincts, essentiellement l’inévitable facteur économique.

Notre recherche est encore dans son étape exploratoire : elle sera basée sur des entretiens directifs et semi-directifs avec un certain nombre d’acteurs et d’observateurs en rapport avec un échantillon représentatif de ces projets (administrateurs, organisateurs, hommes et femmes politiques, journalistes des médias régionaux). Des constats et des conclusions définitives émergeront donc au fur et à mesure de notre recherche, mais il est d’ores et déjà possible de procéder à quelques observations.

Nous rappellerons tout d’abord que les 39 projets en question ne sont pas uniquement ceux de l’objectif spécifique 7, mais bien ceux de l’axe 3 dans son ensemble (« construire un espace commun attractif pour y vivre et pour le visiter »), un axe qui comporte deux autres objectifs spécifiques (6 et 8) : « expérimenter des solutions communes aux problèmes d’inclusion sociale » et « conforter le développement touristique et le développement de l’offre touristique »[9]. La question sociale et le tourisme sont donc groupés avec la culture sous un titre relativement vague – construire un espace commun attractif – et, en conséquence, il était attendu qu’une partie des projets dits « culturels » comportent aussi une composante sociale ou touristique.

Pour ce qui est de la composante sociale, on peut en effet considérer que 11 des 39 projets comportaient des éléments de cette sorte. Soit, dans la plupart des cas, car ils visaient des publics défavorisés, des personnes en insertion sociale, des chômeurs, des personnes marginalisées, etc… soit, dans un cas particulier (RECREATE), parce qu’il s’agit d’un projet conçu à l’origine dans un but essentiellement socio-économique. Dans le premier cas, nous mentionnerons par exemple le projet Art, Ville et Paysage (AVP), financé à hauteur de 1,2 millions d’euros par la FEDER et mené par la Maison de la Culture d’Amiens : à travers l’art et le jardinage, un de ses objectifs effectivement réalisé était l’implication de personnes en chantier d’insertion[10]. Dans le second cas se trouve le projet RECREATE, qui visait à régénérer économiquement certaines villes, notamment par la création d’emplois dans les entreprises créatives : Calais et Lens du côté français, ainsi que Bournemouth et Ipswich en Angleterre, en ont notamment bénéficié. Ce projet représente le deuxième plus gros budget, avec un total d’environ 7,5 millions d’euros, dont 3,8 millions en provenance de la FEDER, mais il est le seul – les projets touristiques mis à part – où l’aspect socio-économique primait sur l’aspect purement culturel[11].

 Quant au tourisme, il marche le plus souvent main dans la main avec la culture, et la culture se voit fréquemment mise au service de l’industrie touristique, puisque cette dernière représente un des rares moyens de rentabiliser un patrimoine parfois extrêmement coûteux à entretenir. La marchandisation du patrimoine anglais par des organismes publics tels que English Heritage[12] trouve un écho au niveau européen (par « marchandisation du patrimoine » nous entendons ici l’intégration -partielle ou totale- d’un héritage commun culturel à l’économie marchande, le plus souvent à l’initiative de l’Etat). La plupart des 39 projets culturels d’Interreg IVA France(Manche)-Angleterre peuvent implicitement être considérés comme des investissements positifs pour le développement de l’offre touristique, étant donné qu’ils mènent généralement à des échanges transfrontaliers et à l’organisation d’évènements attractifs. On peut en compter 9, soit presque le un quart, dont au moins l’un des objectifs principaux était le développement du tourisme. L’un des projets orientés entièrement vers le tourisme est Moments Inoubliables, dont le prospectus parle le langage du tourisme de masse contemporain : « économie touristique », « marketing événementiels », « stratégie marketing conjointe (…) activités de marketing visant les consommateurs et les tours opérateurs », « e-marketing », « éductour (sic) »[13]. Le projet au plus gros budget de tous (8,6 millions d’euros ; 16 partenaires) est également un projet touristique : CYCLE, pour la création de pistes cyclables et de services liés à la pratique du vélo sur le territoire transmanche. COOL TOURISM, dont le chef de fil est l’ADRT, l’Agence de Développement et de Réservations Touristiques, peut également être cité parmi les projets de ce type[14].

Pour résumer, on pourra considérer que Moments Inoubliables, CYCLE, COOL TOURISM, ainsi qu’un autre projet – Cote To Coast[15] – sont des projets à dominante touristique, et donc économique. Si la culture y occupe une petite place sous la forme d’activités culturelles ou de mise en valeur du patrimoine, elle n’y est pas le domaine principal. Il en va de même, comme nous l’avons vu, avec RECREATE, qui privilégie l’emploi et la régénération économique de certaines zones urbaines. De nombreux autres projets (à l’exemple de Art, Ville et Paysage) incluent une série d’enjeux socio-économiques. Un rapport estime qu’Interreg IVA France(Manche)-Angleterre aurait consacré 25,6 millions d’euros à la culture ; 7,5 millions au tourisme ; 7,6 millions à l’emploi et à l’inclusion sociale (etc…) ; 2,6 millions au transport ; 1,7 millions à la régénération urbaine et rurale ; et jusqu’à 56,8 millions à la protection de l’environnement. Le financement revenant à la culture est le plus important de tous les programmes de ce type après celui d’Interreg IVA 2 Mers (29,8 millions d’euros), mais on peut néanmoins se demander comment ce total a été calculé[16]. Si l’on soustrait aux 36 millions d’euros de financement global des 39 projets le financement des projets touristiques ainsi que celui de RECREATE, on arrive effectivement aux 25,6 millions estimés ; cette méthode ne prend cependant pas en compte les composantes socio-économiques (ou touristiques) de nombreux autres projets. Il sera nécessaire, dans une analyse plus approfondie, de classifier ces projets en fonction de leur intérêt culturel, mais aussi de considérer quels aspects de la culture ils concernaient, et selon quelle(s) définition(s) de celle-ci.

Dans son article « Camouflaged Culture : The « Discursive Journey » of the EU’s Cultural Programmes », Bjarki Valtysson revient sur l’Article 128 du traité de Maastricht de 1992 – qui deviendra l’Article 167 du Traité de Lisbonne de 2007 – qui définit la mission culturelle de l’Union européenne en prenant pour base une compréhension de la culture « implicite » et « extrêmement vague » (Valtysson)[17]. Cette imprécision se retrouve quelque peu dans le programme opérationnel d’Interreg IVA France(Manche)-Angleterre, et, si l’on prend également en compte une tendance générale de marchandisation et d’instrumentalisation de la culture et des politiques publiques déjà bien analysée (notamment par Clive Gray[18]), il n’est pas surprenant de constater que certains  de ces projets puissent prendre la culture au sens large, ou le patrimoine, ou encore l’art, comme motifs pour mettre en avant des intentions diverses.

Quoi qu’il en soit, l’Union européenne ne trouve pas ses racines dans le domaine culturel mais dans celui de l’économie, qui apparait comme la matrice de la quasi-totalité des éléments de langage que l’on retrouve dans tous les textes fondateurs des grandes étapes successives de l’intégration européenne : le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier (1951), le traité instituant la Communauté économique européenne (1957), jusqu’à l’Acte unique européen de 1986 et le traité de Maastricht six ans plus tard. Si, au fil des années, la culture a bel et bien commencé à occuper une place de plus en plus importante dans les initiatives, les textes et les discours européens – comme l’illustre d’ailleurs Interreg IVA France(Manche)-Angleterre –, les ambitions économiques des origines sont restées prédominantes.


[1] Programme opérationnel Interreg IVA France(Manche)-Angleterre 

[2] Ibid., p.89

[3] Ex Post evaluation of Cohesion Policy programmes 2007-2013, focusing on the European Regional Development Fund (ERDF) and the Cohesion Fund (CF), p.15.

[4] Programme opérationnel Interreg IVA 2 Mers.

[5] Règlement relatif au Fonds européen de développement régional et abrogeant le règlement (CE) no 1783/1999.

[6] Programme opérationnel Interreg IVA France(Manche)-Angleterre.

[7] Ex Post evaluation of Cohesion Policy programmes 2007-2013, focusing on the European Regional Development Fund (ERDF) and the Cohesion Fund (CF).

[8] https://www.touteleurope.eu/fonctionnement-de-l-ue/le-cadre-financier-pluriannuel-2007-2013/

[9] Programme opérationnel Interreg IVA France(Manche)-Angleterre 

[10] https://www.ecolopop.info/2013/06/art-ville-paysages-amien/16328

Un projet tel que AVP subordonne également la dimension transnationale d’INTERREG à une échelle locale. AVP concerne Amiens et King’s Lynn (dans le Norfolk) mais la dimension d’échange franco-britannique semble se limiter, selon le prospectus, à la « création de packages (sic) touristiques conjoints et bilingues ».

[11] https://fdocuments.fr/reader/full/interreg-roadshow-amiens-2013

[12] https://www.theguardian.com/books/2014/jun/21/from-heritage-to-heretics-stonehenge-making-history

[13] https://fdocuments.fr/reader/full/interreg-roadshow-amiens-2013

[14] Ibid.

[15] Cote To Coast est un projet touristique à petit budget (59 830 euros) entre Caen/Douvres-la-Délivrande, en Normandie, et Penzance, en Cornouailles, qui se donnait pour tâche d’expérimenter des échanges de résidences entre habitants des deux pays.

[16] Ex Post evaluation of Cohesion Policy programmes 2007-2013, focusing on the European Regional Development Fund (ERDF) and the Cohesion Fund (CF)

[17] Bjarki Valtysson, « Camouflaged Culture : The ‘Discursive Journey’ of the EU’s Cultural Programmes », Croatian International Relations Review, XXIV (82), 2018.

[18] Clive Gray, « Commodification and instrumentality in cultural policy », International Journal of Cultural Policy, 13 :2, 2007.

Catégories
Uncategorized

La coopération culturelle transmanche sous le prisme du “Brexit”: Etat des lieux au Royaume-Uni

BREXIT
Quel avenir pour la coopération culturelle avec nos voisins britanniques? (Crédit photo: KERBSTONE, freeimages.com)

Le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne est un long processus enclenché après le référendum du 23 juin 2016, et qui commence seulement à révéler toutes ses conséquences. En ce qui concerne les programmes européens de coopération culturelle, les choses ont d’abord continué à se dérouler comme prévu : tant qu’aucun accord n’était mis en place, le Royaume-Uni maintenait tacitement sa participation aux programmes (culturels ou autres) de l’Union européenne dans lesquels il s’était déjà engagé ; un état de fait confirmé par l’accord du 17 octobre 2019. Celui-ci stipule en effet que « les programmes et activités de l’Union engagés au titre du cadre financier pluriannuel pour les années 2014-2020 (…) sont mis en œuvre en 2019 et 2020 en ce qui concerne le Royaume-Uni sur la base du droit de l’Union applicable ». Ainsi, les engagements contractés en 2014 ont été honorés malgré le chaos politique ; la rupture n’a pas été aussi brutale qu’elle aurait pu l’être ; et le grand bouleversement définitif a été différé durant plus de quatre années, jusqu’à aujourd’hui. S’agissant de l’avenir, l’accord proclame clairement que « le Royaume-Uni est considéré comme un pays tiers aux fins de la mise en œuvre des programmes et activités de l’Union engagés au titre du cadre financier pluriannuel applicable à partir de l’année 2021 »[1].

Le Royaume-Uni participera encore à quelques programmes scientifiques ou technologiques comme Horizon Europe et Euratom, et d’autres programmes engagés avant 2020 se poursuivront encore quelque temps, mais fondamentalement, 2021 est le début d’une nouvelle ère. En matière de coopération culturelle transfrontalière, et même, plus généralement, de financement de la culture au Royaume-Uni, le changement est considérable. Une étude récente menée par Charlotte Faucher de l’Université de Manchester (intitulée « The Arts After Brexit » et publiée en novembre 2020) s’ouvre ainsi : « The European Union has been a vital organ of solidarity and investment for the cultural system of the UK (…) ». L’étude rapporte la déception et les inquiétudes émanant du secteur culturel et artistique britannique confronté aux conséquences du Brexit, un secteur que Charlotte Faucher décrit comme étant foncièrement européen dans ses « dispositions et ses perspectives », et qui considère à présent son avenir avec pessimisme (un pessimisme évidemment accru depuis la crise liée au Covid-19)[2].

Il faut bien comprendre que le retrait de l’Union européenne n’impliquait pas nécessairement un retrait automatique de tous ses programmes de coopération culturelle. Jusqu’au dernier accord, de nombreux acteurs du secteur espéraient encore que la participation à des programmes tels que Creative Europe et Erasmus se poursuivent malgré tout[3]. L’étude de Faucher cite d’ailleurs la consternation du gouvernement écossais face au retrait complet de Creative Europe, le programme culturel le plus important de l’UE. Le retrait d’Erasmus a, lui, été déploré jusque dans la presse internationale avec ce titre du New York Times du 4 janvier 2021 : « Britain Mourns a Cherished Education Exchange Programme Ended by Brexit »[4]. Si l’économie britannique a pour l’instant pu éviter, de justesse, la séparation la plus radicale possible avec le marché européen, il n’en va pas de même pour le domaine de la coopération culturelle. On peut dire que, s’agissant de coopération culturelle, le Brexit a finalement été celui de la sorte que l’on craignait pour le secteur économique : un no deal Brexit, d’une certaine manière (et si l’on met de côté quelques exceptions, telle que la continuation de certains programmes avec l’Irlande).

De ce fait, le secteur culturel britannique a de bonnes raisons de s’inquiéter pour son avenir. Le retrait des programmes de coopérations est symptomatique d’une certaine attitude du gouvernement vis-à-vis du financement de la culture. D’après une étude (publiée en 2019 par le Budapest Observatory) sur le financement public de la culture en Europe entre 2004 et 2017, le Royaume-Uni était, avec la République d’Irlande, le pays de l’Union qui avait consacrée la plus petite part de son PIB au « secteur de la culture, des loisirs et de la religion » (environ 0,6% ; contre environ 1,3% pour la France et presque 3% pour la Hongrie)[5]. Boris Johnson lui a certes promis un investissement de 1,57 milliard de livres sterlings l’été dernier[6], mais il s’agit essentiellement d’une tentative de sauvetage d’un des secteurs les plus atteints par la crise sanitaire et les fermetures temporaires de lieux publics. Comme on le voit, seul une perspective de faillite a pu mener à une aide financière aussi conséquente, et avant que le Covid-19 n’ait révélé l’étendue de ses conséquences ces prochaines années, il sera sans doute plus judicieux de juger l’action des gouvernements sur la période qui a précédé la crise. La perspective de la perte des financements européens ne semble pas avoir été prise en compte avec autant de sérieux par le gouvernement de Boris Johnson, et ce alors que, en 2018 déjà, l’Union européenne avait prévu d’augmenter le budget de Creative Europe d’un milliard d’euros (budget qui, en décembre 2020, est officiellement passé de 1,4 à 2,2 milliards d’euros)[7]. Il est difficile de savoir si la part des financements octroyée au Royaume-Uni aurait augmenté en conséquence, mais on peut tout de même se demander, avec le gouvernement écossais, pourquoi aucun effort n’a été fait pour conserver au moins une partie d’un financement qui entre 2014 et 2018 s’était déjà élevé à 89,5 millions de livres sterlings (selon Creative Europe Desk UK)[8].

Creative Europe Desk UK indique également que ces 89,5 millions de livres ont été attribués à 376 organisations différentes, toutes établies au Royaume-Uni[9]. La diversité et le nombre d’organisations bénéficiaires sont souvent soulignés par les programmes culturels de l’UE, mais c’est pourtant sur ce point qu’un rapport commandé par Arts Council England base sa principale critique du financement européen de la culture. Selon ce rapport, les financements ne seraient pas assez largement répartis : «only a minority of stakeholders have benefitted from EU funding ». Seulement 14% des organisations sondées par le rapport disaient avoir bénéficié d’une source de financement européenne ou internationale (dont Creative Europe, Erasmus et Interreg). Le rapport, intitulé « Impact of Brexit on the arts and culture sector » (2017)[10], a été cité par le Guardian pour dénoncer l’impact négatif du Brexit sur le secteur culturel au Royaume-Uni[11], et, bien que toutes ses conclusions n’aillent pas dans le sens des Remainers, il précise en effet que la perte des financements européens suscite l’inquiétude d’une grande partie des acteurs interrogés. Le financement européen, plus souvent ad hoc que régulier (une autre conclusion du rapport), était donc jugé potentiellement utile par un certain nombre d’acteurs qui n’en avaient pourtant pas bénéficié. De façon générale, il existe des critiques du financement de la culture par l’UE – des critiques de sa répartition et de la pertinence des projets bénéficiaires, par exemple -, mais très peu de professionnels du secteur culturel considèrent le Brexit comme un changement qui ne serait pas pour eux entièrement négatif, voire désastreux à tous égards. « The Arts After Brexit » en particulier est très clair à ce propos.

« The Arts After Brexit » interroge notamment Joe Mackintosh, le dirigeant de SeaChange Arts, une organisation d’arts de la rue établie à Great Yarmouth, ville qui a voté pour quitter l’UE à une majorité de 71,5% (et qui était le sujet d’un court reportage de la BBC en janvier 2019 intitulé « Great Yarmouth : a town that wants a no-deal Brexit »)[12]. Selon lui, le plus grand frein à la coopération culturelle transfrontalière au Royaume-Uni n’a pas été le Brexit, mais, presque une décennie auparavant, la crise économique de 2008, qui a mené à de fortes mesures d’austérité et de réduction des dépenses publiques. Un certain discours politique des années 2010 aurait également consisté à dénigrer l’importance du domaine culturel et à considérer son financement comme une dépense publique inutile. En parlant des demandes de financement en Angleterre pour Interreg IV A transmanche (un financement dont SeaChange Arts a bénéficié en tant que partenaire pour trois projets : PASS, ZEPA et ZEPA II pour les arts du cirque et de la rue)[13], Mackintosh révèle que les administrateurs britanniques étaient même réticents à employer le mot « culture » dans leurs appels d’offres. Etant donné ce climat défavorable pour la culture, qui a précédé le Brexit, on avancera l’hypothèse que l’existence de financements européens comme ceux d’Interreg était essentielle pour que certains projets de coopération culturelle puissent être organisés par les associations et les collectivités locales. Le no deal Brexit pour la coopération culturelle transfrontalière vient mettre en danger les possibilités d’organisation de tels projets à l’avenir, et réussira peut-être là où la crise économique de 2008 avait heureusement échoué[14].

Lorsque l’on parcourt l’Accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, on se rend rapidement compte que le secteur de la culture (même incluant celui du tourisme) était loin d’être une priorité lors des négociations. L’ « agriculture » et l’ « aquaculture » (et la « culture des perles ») y sont des mots plus souvent cités que la « culture » tout court. Le secteur culturel en lui-même est ici d’ailleurs probablement moins sous-estimé par les négociateurs que ne l’est la notion – pourtant si emblématique du rôle que se propose de jouer l’UE depuis trente ans – de coopération culturelle transfrontalière. Entre le Royaume-Uni et ses voisins, le libre échange semble avoir encore de belles années devant lui. Quant à l’échange culturel, il risque de se noyer – pour adapter une phrase de Marx et Engels – dans les eaux glacées de la Manche[15]


[1] L’accord est disponible ici, en plusieurs langues : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?qid=1580206007232&uri=CELEX%3A12019W/TXT%2802%29

[2] The Arts After Brexit de Charlotte Faucher est disponible ici : https://presspage-production-content.s3.amazonaws.com/uploads/1369/theartsafterbrexitfinal.pdf

[3] Un espoir illustré, par exemple, dans cet éditorial de Vivienne Stern, directrice de Universities UK International, publié par le magazine en ligne suédois Curie et daté du 4 décembre 2018 : https://www.tidningencurie.se/en/kronikor/after-brexit-our-collaboration-must-continue-2/

Le retrait total d’Horizon Europe et Erasmus y est envisagé par Stern comme étant « le pire des scénarios possibles ».

[4] https://www.nytimes.com/2020/12/29/world/europe/brexit-erasmus-uk-eu.html

[5] Public Funding of Culture, 2004-2016, The Budapest Observatory, mars 2018, disponible ici : https://www.researchgate.net/publication/324273862_Public_Funding_of_Culture_in_Europe_2004-2016

[6] https://www.theguardian.com/world/2020/jul/05/boris-johnson-uk-lifeline-arts-heritage-sector-afloat

[7] https://cultureactioneurope.org/news/2-2-billion-for-creative-europe-under-the-final-mff-deal/

[8] https://www.creativeeuropeuk.eu/news/update-creative-europe-and-outcome-eu-referendum

[9] https://www.creativeeuropeuk.eu/results

[10] Rapport disponible ici : https://www.artscouncil.org.uk/sites/default/files/download-file/Arts%20Council_Brexit%20Research%202017_Report_FINAL.pdf

[11] https://www.theguardian.com/culture/2020/nov/17/arts-after-brexit-study-warns-of-two-year-cultural-hiatus-in-uk

[12] https://www.bbc.com/news/av/uk-politics-46869491

[13] PASS (« Arts du Cirque de part et d’autre de la Manche II », avec un budget d’environ 4 millions d’euros) et ZEPA I et II (« Zone Européenne des Projets Artistiques », avec un budget d’environ 6 et 2,5 millions d’euros respectivement) pour la diffusion transmanche des arts du cirque et de la rue, font partie des 39 projets culturels d’Interreg IV A transmanche (2007-2013), un programme de l’UE pour la promotion de la coopération transfrontalière entre le sud de l’Angleterre et le nord-ouest de la France.

[14] D’autant plus qu’Interreg ne continuera pas : https://www.channelmanche.com/en/news-and-media/latest-news/brexit-update-2/

[15] « Elle (la bourgeoisie) a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse, de l’enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité petite-bourgeoise dans les eaux glacées du calcul égoïste. », Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du parti communiste, Paris, Editions sociales, 1976, p. 34.

Catégories
Uncategorized

La coopération culturelle transmanche

Ce carnet – basé sur un projet de thèse concernant l’impact des projets Interreg de l’Union européenne en Angleterre – a pour objectif d’offrir un regard sur la coopération culturelle anglo-française dans l’espace transmanche. A travers une image ou un objet commenté, il se penche sur la réception (populaire et médiatique) et les conséquences de cette collaboration au niveau local. A l’heure du “Brexit”, il parait important d’analyser l’effet qu’on pu avoir les projets culturels européens interrégionaux transmanche sur les populations concernées. Ce carnet se charge de développer un point de vue critique sur ces exemples particuliers de paradiplomatie culturelle. Il est principalement centré sur les coopérations les plus anciennes entre le Sud-est anglais et les départements frontaliers des Hauts-de-France.

This blog – based on a thesis about the impact of the EU Interreg projects in England – is meant to provide a view on the Anglo-French cultural cooperation in the Cross-Channel area. Through a comment on a picture or an object, it looks at the consequences of this cooperation and at the way it was received locally (by the people and by the media). In the age of “Brexit”, it seems important to analyse the effects of these European cultural projects on the people they involved. This blog tasks itself with developing a critical outlook on these specific examples of cultural paradiplomacy. It mainly focuses on the more ancient cooperation between South-East England and the neighbouring départements of the French Hauts-de-France Region.

Découvrez le logo des Hauts-de-France | Le HuffPost