Catégories
Uncategorized

Interreg IVA et l’Histoire

Le British Museum (crédit photo: iosonoio, freeimages.com)

Les relations entre la France et le Royaume-Uni sont particulièrement tendues depuis plusieurs mois. Le « Brexit », la crise migratoire, et, dans une moindre mesure, la crise sanitaire liée au Covid-19 sont les causes fondamentales de ces tensions diplomatiques. Lors d’un entretien à l’Université de Surrey en novembre dernier, l’ex-ambassadeur du Royaume-Uni en France, Lord Peter Ricketts, est allé jusqu’à affirmer qu’il n’avait jamais connu de rapports aussi conflictuels entre les deux pays[1]. Un mois plus tôt, au milieu de la dispute liée aux permis de pêche, Jacob Rees-Mogg, membre du Parlement britannique (et à ce moment leader de la Chambre des communes), se permettait cette provocation : « Les Français sont toujours grincheux en octobre, les anniversaires de Trafalgar et Agincourt les vexent. »[2]. Pouvant paraitre anodine, cette référence à l’histoire est en fait typique d’une stratégie connue employée par les eurosceptiques britanniques, stratégie bien analysée, notamment par Oliver Daddow. Les hommes et femmes politiques eurosceptiques – de Margaret Thatcher à Enoch Powell – ainsi que les journaux eurosceptiques tels que le Daily Mail et le Daily Telegraph, n’ont en effet jamais cessé de faire référence à une certaine version de l’histoire du Royaume-Uni. Dans cette version, idéalisée, de l’histoire, l’Angleterre est avant tout « ce noble trône de rois, cette île porteuse de sceptres/cette terre de majesté, cette résidence de Mars » décrite par Shakespeare dans Richard II ; le Royaume-Uni est irrémédiablement séparé du reste de l’Europe par son insularité et ses triomphes militaires, dont le dernier, le plus glorieux – la Deuxième Guerre mondiale – marque en quelque sorte la fin symbolique de l’histoire du pays, puisqu’aucun évènement ultérieur à 1945 n’est jamais mentionné (Daddow, 2006)[3]. Du côté français, les nationalistes reprennent cette idée d’une exception britannique en en inversant les valeurs : le Royaume-Uni devient la « Perfide Albion » ou le « tyran de mers », un Carthage riche et traître face à la noble République romaine que représenterait la France – un dénigrement systématique, devenu traditionnel depuis les guerres révolutionnaires.

Face à ces récits contradictoires, et face à un millénaire de conflits, l’Union européenne a tenté de rapprocher la France et le Royaume-Uni en leur proposant un récit commun, notamment au travers de la coopération culturelle interrégionale. L’un des objectifs d’Interreg IVA France(Manche)–Angleterre (2007-2013) était de « renforcer la cohésion sociale et l’identité culturelle » dans l’espace transmanche désigné (le Sud-Est de l’Angleterre et le Nord-Ouest de la France). Son programme opérationnel explique que « la construction ou le renforcement d’une identité culturelle commune peut apparaitre comme un facteur de cohésion sur la base d’une culture maritime partagée, d’un patrimoine architectural et historique très riche (…), de l’existence de festivals connus mondialement, et de la vitalité des cultures régionales »[4].

Dans les faits, de nombreux projets d’Interreg IVA peuvent être considérés comme ayant participé à cet objectif plus ou moins ambitieux de renforcement ou de construction d’une identité culturelle commune. Certains d’entre eux prenaient le contrepied des nationalistes britanniques et français en utilisant l’histoire à des fins non de séparation mais de rapprochement : ils se basaient sur l’idée que la France et l’Angleterre partagent une histoire commune au niveau régional. Les projets Arch Expo et Norman Connections, par exemple, portaient sur l’histoire anglo-normande envisagée dans une perspective transfrontalière. Ils impliquaient des historiens, des archivistes, des personnels de différents musées ou sites historiques, et – à travers des expositions, des conférences, des créations de sites internet – s’adressaient principalement à un public général (ainsi que scolaire, dans le cas d’Arch Expo). L’un des objectifs d’Arch Expo était de « permettre la circulation, entre les deux territoires de la Seine-Maritime et de l’East-Sussex, de documents liés à leur histoire commune », et le projet a mené à deux expositions : « Traverser la Manche : 1000 ans de relations anglo-normandes » à Rouen, et « The French Connection » à Hastings[5]. Norman Connections, au budget trois fois plus élevé (environ trois millions et demi d’euros), souhaitait quant à lui « promouvoir une vision commune du patrimoine normand » et créer un réseau transfrontalier de sites patrimoniaux anglo-normands[6]. L’histoire n’est, dans le cadre de ces projets européens, ni anglaise ni française mais « normande » ou « anglo-normande » : la conquête de 1066 aurait à jamais rapproché la Normandie et le sud de l’Angleterre.

De façon similaire, le projet Partager nos Légendes avait pour intention de rapprocher la Bretagne et le Devon à travers une œuvre littéraire écrite en langue anglo-normande : Lanval de Marie de France (XIIème siècle) – inspirée d’une légende arthurienne commune[7]. Dans le cycle arthurien, la Grande-Bretagne et l’Armorique forment un seul et même royaume. On remarque donc une stratégie bien définie qui consiste à remonter suffisamment loin dans l’histoire légendaire (la Bretagne du Roi Arthur), ou réelle (la conquête normande), pour trouver les points communs historiques entre la France et l’Angleterre avant que celles-ci ne se développent en tant qu’Etat-nations. La guerre de Cent Ans ou les guerres napoléoniennes, si chères aux nationalistes eurosceptiques de part et d’autre de la Manche, constituent également une histoire commune, mais puisqu’il s’agit d’une histoire de conflits et d’opposition, leurs exemples ne pouvaient servir l’ambition européenne d’un rapprochement transfrontalier (aucun projet d’Interreg IVA n’était, par exemple, centré sur l’exécution de Jeanne d’Arc à Rouen !).

Lorsqu’un évènement majeur de l’époque contemporaine forme la base d’un projet, il s’agit du débarquement allié en Normandie, soit un évènement commémoré avec la même révérence en France et au Royaume-Uni. Le projet DDAY 70, organisé pour célébrer le 70ème anniversaire du débarquement le 6 juin 2014, annonçait vouloir « sensibiliser un large public, notamment les jeunes générations, sur le rôle de la bataille du Débarquement dans la construction européenne »[8]. Le débarquement est ainsi considéré par rapport au futur du continent, comme une bataille qui aura participé, à travers la victoire des Alliés, à amener une paix que sera ensuite venue consolider la construction européenne – une façon de lire l’histoire, dans ce cas précis, tout à fait opposée à celle des eurosceptiques anglais. Ces derniers considèrent le Débarquement comme rien d’autre qu’une victoire cruciale de la Deuxième Guerre mondiale, et on peut présumer qu’ils seraient mécontents de le voir replacé dans un contexte si différent : celui de l’histoire de l’Union européenne, qui viendrait ici se substituer à l’histoire de la nation britannique.

D’autres types de rapprochements historiques ont également été pensés. Le projet Au-Delà du Bleu prend pour point de départ le rôle du pastel des teinturiers – nommé « waide » en Picardie et woad en anglais – dans le développement économique d’Amiens et du sud de l’Angleterre au Moyen-Age. L’intention reste toutefois la même : trouver, dans l’histoire, ce qui unit certaines régions françaises et anglaises. Si d’autres projets, tel que Les Mystères de la Culture de Notre Voisin (« The Mysteries of Our Neighbour’s Culture » : MONC), portent au contraire sur les différences culturelles indéniables et leur apprentissage (dont, bien sûr, celui de la langue étrangère), tous les projets à dominante historique d’Interreg IVA insistent au contraire sur l’existence d’un patrimoine et d’une histoire commune, partagée.

On pourrait encore citer Docexplore (1 et 2) dont l’objectif était de « valoriser les liens culturels et historiques existants des deux côtés de la Manche en facilitant l’accès et la compréhension de documents historiques clés » ; Lascanmar (Laser Scanning Maritime) organisé afin de mettre en valeur un patrimoine commun du Finistère et de la Cornouailles en reconstituant numériquement ses bateaux traditionnels ; SCARFACE (SCiences et Art, la FAce des Conflits Exposée) sur les soldats défigurés de la Première Guerre Mondiale ; ou même Découvrir, un projet d’art contemporain qui se proposait de « mettre en lumière (…) les liens (…) historiques entre les territoires anglo-saxons et français » à travers des études sur les lieux de mémoire du Pas-de-Calais et de l’East Sussex et la « réalisation de créations artistiques en lien avec le patrimoine »[9].

C’est ce patrimoine dit « commun » ou « partagé » que l’Union européenne souhaitait exploiter dans l’objectif d’un rapprochement transfrontalier, et peut-être, à terme, d’une unification culturelle du continent sur le plan de son héritage historique. Marie-Anne Guérin avance l’hypothèse « d’un investissement de l’Union dans le patrimoine culturel à des fins de production pragmatique d’un récit européen » et évoque un « processus de patrimonialisation » dans les programmes Interreg (Guérin, 2008)[10]. Comme nous venons de le voir, dans Interreg IVA ce processus s’exprimait notamment par une lecture particulière de l’histoire qui se concentrait systématiquement sur les points communs entre la France et l’Angleterre. Des processus comparables – avec leurs propres visions nationales de l’histoire – avaient, au XIXème siècle, conduit à unifier culturellement chacun des deux pays autour des identités nationales que nous leur connaissons aujourd’hui et qui peut-être commencent à s’effriter. Ainsi, différents récits historiques s’opposent les uns aux autres : tous les « romans nationaux » d’une part, hérités du XIXème siècle et défendus à présent principalement par le camp conservateur, et, d’autre part, un récit européen commun, unificateur, promu par l’UE.


[1] David Tillo et Evie Horner, « Border trouble? UK-EU defence and security cooperation post Brexit », 17 décembre 2021.

[2] https://twitter.com/jacob_rees_mogg/status/1455608415154225157

[3] Oliver Daddow, « Euroscepticism and History Education in Britain », Government and Opposition, 41(1), 2006.

[4] Programme opérationnel Interreg IVA France(Manche)–Angleterre L’imprécision de cette phrase est à souligner : pour l’UE, soit une identité culturelle commune existe déjà entre la France et l’Angleterre, auquel cas son rôle serait simplement de la renforcer, soit cette identité culturelle commune n’existe pas encore, et son rôle serait alors de la construire, ce qui n’est tout de même pas exactement la même chose.

[5] https://fdocuments.fr/reader/full/interreg-roadshow-amiens-2013

[6] Ibid.

[7] Des artistes anglais et français ont collaboré à la réalisation d’une adaptation cinématographique de Lanval, produite par l’association Chagford Filmmaking Group en collaboration avec le Centre de l’Imaginaire Arthurien.

[8] https://fdocuments.fr/reader/full/interreg-roadshow-amiens-2013

[9] Ibid.

[10] Anne-Marie Guérin, « Le patrimoine culturel, instrument de la stratégie de légitimation de l’Union européenne : l’exemple des programmes Interreg », Politique Européenne, 25, 2008.



Citer ce billet
Elias Msaddek (2022, 11 février). Interreg IVA et l’Histoire. La coopération culturelle transmanche. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu29

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search