Catégories
Uncategorized

La part de la culture dans Interreg IVA France(Manche)-Angleterre : un aperçu

Livres anciens français et anglais ( Crédit photo: jorge vicente, freeimages.com).

Interreg est un programme de coopération territoriale européenne financé par le fonds européen de développement régional (FEDER). Son volet intitulé « Interreg IVA France(Manche)-Angleterre » a permis le financement de projets variés entre 2007 et 2013 pour un budget global d’environ 326 millions d’euros (dont 173 millions de la FEDER). A l’intérieur du programme opérationnel qui le concerne, son objectif général est ainsi décrit : « favoriser l’émergence d’un espace de citoyenneté commune et du sens d’appartenance à un espace transfrontalier et d’une identité spécifique (…) »[1]. Trois éléments retiennent l’attention : une citoyenneté commune, le sens d’appartenance à un espace et une identité spécifique. Le premier (la notion de citoyenneté) est principalement politique, tandis que le deuxième (l’appartenance à un espace) demeure assez ambigu. Quant au troisième élément, celui de l’identité, il pourrait être interprété à première vue comme fondamentalement culturel. Le programme, se divisant en 4 axes (ou objectifs) prioritaires, et se subdivisant en 11 objectifs spécifiques, ne contient pourtant qu’un seul objectif spécifique qui concerne directement le domaine culturel, le 7ème : « partager des activités liées à la culture et au patrimoine », subdivision de l’axe 3 : « construire un espace commun attractif pour y vivre et pour le visiter »[2]. De plus, le financement a été très inégalement réparti entre les différents axes, et au final l’axe 3 n’a bénéficié que de 23% du financement total, contre 31% chacun pour les axes, ou objectifs, 2 et 4, ceux, respectivement, du développement économique et du développement durable[3].

Dans le programme opérationnel d’Interreg IVA 2 Mers, programme partenaire d’Interreg IVA France(Manche)-Angleterre et qui inclut aussi la Flandre et les Pays-Bas, l’objectif général est bien plus orienté vers ces questions de développement puisqu’il se résume ainsi : « participer au développement de la compétitivité et du potentiel de croissance durable des atouts maritimes et non maritimes de la zone (…) »[4]. Croissance et compétitivité sont ici les principes directeurs affichés, tandis que le programme France(Manche)-Angleterre se veut en apparence plus humaniste. Dans le cas des deux programmes, il est clair que la culture n’était destinée qu’à occuper une place relativement limitée, qui représentait un objectif parmi de nombreux autres, tel qu’on peut aussi le constater en lisant le règlement de la FEDER. Dans son article 6 sur la coopération territoriale, la culture (au même titre que l’environnement ou la santé) semble être perçue principalement comme un outil de développement économique et non un objectif en soi. Ainsi la première des priorités consiste à « (encourager) l’esprit d’entreprise , notamment le développement des PME, du tourisme, de la culture et du commerce transfrontalier » ; la culture est insérée dans une énumération de différents domaines dans lesquels pourront s’inscrire l’ « esprit d’entreprise »[5]. Comme dans la structure même des programmes opérationnels susmentionnés, le domaine de la culture n’est que la subdivision d’un ensemble plus général orienté vers l’économie de marché.

Interreg IVA France(Manche)-Angleterre mentionne d’ailleurs, à l’intérieur de l’objectif spécifique 7, l’impératif de durabilité économique des projets culturels à organiser[6]. C’est autour de ces projets que tournent nos recherches, et c’est à présent sur eux que nous allons nous concentrer. 39 projets au total ont été menés à bien avec une participation de la FEDER qui s’élevait à presque 36 millions d’euros[7]. L’Union européenne a donc, en principe, dépensé 36 millions d’euros de son budget pluriannuel pour l’exercice 2007-2013 (862,3 milliards d’euros) pour aider au financement de projets culturels de coopération territoriale entre les régions du Nord-Ouest de la France et celles du Sud de l’Angleterre[8]. Il reste cependant à examiner ces différents projets afin d’établir s’ils relèvent véritablement du domaine de la culture à proprement parler, et si la culture n’y était pas potentiellement instrumentalisée au service d’autres objectifs distincts, essentiellement l’inévitable facteur économique.

Notre recherche est encore dans son étape exploratoire : elle sera basée sur des entretiens directifs et semi-directifs avec un certain nombre d’acteurs et d’observateurs en rapport avec un échantillon représentatif de ces projets (administrateurs, organisateurs, hommes et femmes politiques, journalistes des médias régionaux). Des constats et des conclusions définitives émergeront donc au fur et à mesure de notre recherche, mais il est d’ores et déjà possible de procéder à quelques observations.

Nous rappellerons tout d’abord que les 39 projets en question ne sont pas uniquement ceux de l’objectif spécifique 7, mais bien ceux de l’axe 3 dans son ensemble (« construire un espace commun attractif pour y vivre et pour le visiter »), un axe qui comporte deux autres objectifs spécifiques (6 et 8) : « expérimenter des solutions communes aux problèmes d’inclusion sociale » et « conforter le développement touristique et le développement de l’offre touristique »[9]. La question sociale et le tourisme sont donc groupés avec la culture sous un titre relativement vague – construire un espace commun attractif – et, en conséquence, il était attendu qu’une partie des projets dits « culturels » comportent aussi une composante sociale ou touristique.

Pour ce qui est de la composante sociale, on peut en effet considérer que 11 des 39 projets comportaient des éléments de cette sorte. Soit, dans la plupart des cas, car ils visaient des publics défavorisés, des personnes en insertion sociale, des chômeurs, des personnes marginalisées, etc… soit, dans un cas particulier (RECREATE), parce qu’il s’agit d’un projet conçu à l’origine dans un but essentiellement socio-économique. Dans le premier cas, nous mentionnerons par exemple le projet Art, Ville et Paysage (AVP), financé à hauteur de 1,2 millions d’euros par la FEDER et mené par la Maison de la Culture d’Amiens : à travers l’art et le jardinage, un de ses objectifs effectivement réalisé était l’implication de personnes en chantier d’insertion[10]. Dans le second cas se trouve le projet RECREATE, qui visait à régénérer économiquement certaines villes, notamment par la création d’emplois dans les entreprises créatives : Calais et Lens du côté français, ainsi que Bournemouth et Ipswich en Angleterre, en ont notamment bénéficié. Ce projet représente le deuxième plus gros budget, avec un total d’environ 7,5 millions d’euros, dont 3,8 millions en provenance de la FEDER, mais il est le seul – les projets touristiques mis à part – où l’aspect socio-économique primait sur l’aspect purement culturel[11].

 Quant au tourisme, il marche le plus souvent main dans la main avec la culture, et la culture se voit fréquemment mise au service de l’industrie touristique, puisque cette dernière représente un des rares moyens de rentabiliser un patrimoine parfois extrêmement coûteux à entretenir. La marchandisation du patrimoine anglais par des organismes publics tels que English Heritage[12] trouve un écho au niveau européen (par « marchandisation du patrimoine » nous entendons ici l’intégration -partielle ou totale- d’un héritage commun culturel à l’économie marchande, le plus souvent à l’initiative de l’Etat). La plupart des 39 projets culturels d’Interreg IVA France(Manche)-Angleterre peuvent implicitement être considérés comme des investissements positifs pour le développement de l’offre touristique, étant donné qu’ils mènent généralement à des échanges transfrontaliers et à l’organisation d’évènements attractifs. On peut en compter 9, soit presque le un quart, dont au moins l’un des objectifs principaux était le développement du tourisme. L’un des projets orientés entièrement vers le tourisme est Moments Inoubliables, dont le prospectus parle le langage du tourisme de masse contemporain : « économie touristique », « marketing événementiels », « stratégie marketing conjointe (…) activités de marketing visant les consommateurs et les tours opérateurs », « e-marketing », « éductour (sic) »[13]. Le projet au plus gros budget de tous (8,6 millions d’euros ; 16 partenaires) est également un projet touristique : CYCLE, pour la création de pistes cyclables et de services liés à la pratique du vélo sur le territoire transmanche. COOL TOURISM, dont le chef de fil est l’ADRT, l’Agence de Développement et de Réservations Touristiques, peut également être cité parmi les projets de ce type[14].

Pour résumer, on pourra considérer que Moments Inoubliables, CYCLE, COOL TOURISM, ainsi qu’un autre projet – Cote To Coast[15] – sont des projets à dominante touristique, et donc économique. Si la culture y occupe une petite place sous la forme d’activités culturelles ou de mise en valeur du patrimoine, elle n’y est pas le domaine principal. Il en va de même, comme nous l’avons vu, avec RECREATE, qui privilégie l’emploi et la régénération économique de certaines zones urbaines. De nombreux autres projets (à l’exemple de Art, Ville et Paysage) incluent une série d’enjeux socio-économiques. Un rapport estime qu’Interreg IVA France(Manche)-Angleterre aurait consacré 25,6 millions d’euros à la culture ; 7,5 millions au tourisme ; 7,6 millions à l’emploi et à l’inclusion sociale (etc…) ; 2,6 millions au transport ; 1,7 millions à la régénération urbaine et rurale ; et jusqu’à 56,8 millions à la protection de l’environnement. Le financement revenant à la culture est le plus important de tous les programmes de ce type après celui d’Interreg IVA 2 Mers (29,8 millions d’euros), mais on peut néanmoins se demander comment ce total a été calculé[16]. Si l’on soustrait aux 36 millions d’euros de financement global des 39 projets le financement des projets touristiques ainsi que celui de RECREATE, on arrive effectivement aux 25,6 millions estimés ; cette méthode ne prend cependant pas en compte les composantes socio-économiques (ou touristiques) de nombreux autres projets. Il sera nécessaire, dans une analyse plus approfondie, de classifier ces projets en fonction de leur intérêt culturel, mais aussi de considérer quels aspects de la culture ils concernaient, et selon quelle(s) définition(s) de celle-ci.

Dans son article « Camouflaged Culture : The « Discursive Journey » of the EU’s Cultural Programmes », Bjarki Valtysson revient sur l’Article 128 du traité de Maastricht de 1992 – qui deviendra l’Article 167 du Traité de Lisbonne de 2007 – qui définit la mission culturelle de l’Union européenne en prenant pour base une compréhension de la culture « implicite » et « extrêmement vague » (Valtysson)[17]. Cette imprécision se retrouve quelque peu dans le programme opérationnel d’Interreg IVA France(Manche)-Angleterre, et, si l’on prend également en compte une tendance générale de marchandisation et d’instrumentalisation de la culture et des politiques publiques déjà bien analysée (notamment par Clive Gray[18]), il n’est pas surprenant de constater que certains  de ces projets puissent prendre la culture au sens large, ou le patrimoine, ou encore l’art, comme motifs pour mettre en avant des intentions diverses.

Quoi qu’il en soit, l’Union européenne ne trouve pas ses racines dans le domaine culturel mais dans celui de l’économie, qui apparait comme la matrice de la quasi-totalité des éléments de langage que l’on retrouve dans tous les textes fondateurs des grandes étapes successives de l’intégration européenne : le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier (1951), le traité instituant la Communauté économique européenne (1957), jusqu’à l’Acte unique européen de 1986 et le traité de Maastricht six ans plus tard. Si, au fil des années, la culture a bel et bien commencé à occuper une place de plus en plus importante dans les initiatives, les textes et les discours européens – comme l’illustre d’ailleurs Interreg IVA France(Manche)-Angleterre –, les ambitions économiques des origines sont restées prédominantes.


[1] Programme opérationnel Interreg IVA France(Manche)-Angleterre 

[2] Ibid., p.89

[3] Ex Post evaluation of Cohesion Policy programmes 2007-2013, focusing on the European Regional Development Fund (ERDF) and the Cohesion Fund (CF), p.15.

[4] Programme opérationnel Interreg IVA 2 Mers.

[5] Règlement relatif au Fonds européen de développement régional et abrogeant le règlement (CE) no 1783/1999.

[6] Programme opérationnel Interreg IVA France(Manche)-Angleterre.

[7] Ex Post evaluation of Cohesion Policy programmes 2007-2013, focusing on the European Regional Development Fund (ERDF) and the Cohesion Fund (CF).

[8] https://www.touteleurope.eu/fonctionnement-de-l-ue/le-cadre-financier-pluriannuel-2007-2013/

[9] Programme opérationnel Interreg IVA France(Manche)-Angleterre 

[10] https://www.ecolopop.info/2013/06/art-ville-paysages-amien/16328

Un projet tel que AVP subordonne également la dimension transnationale d’INTERREG à une échelle locale. AVP concerne Amiens et King’s Lynn (dans le Norfolk) mais la dimension d’échange franco-britannique semble se limiter, selon le prospectus, à la « création de packages (sic) touristiques conjoints et bilingues ».

[11] https://fdocuments.fr/reader/full/interreg-roadshow-amiens-2013

[12] https://www.theguardian.com/books/2014/jun/21/from-heritage-to-heretics-stonehenge-making-history

[13] https://fdocuments.fr/reader/full/interreg-roadshow-amiens-2013

[14] Ibid.

[15] Cote To Coast est un projet touristique à petit budget (59 830 euros) entre Caen/Douvres-la-Délivrande, en Normandie, et Penzance, en Cornouailles, qui se donnait pour tâche d’expérimenter des échanges de résidences entre habitants des deux pays.

[16] Ex Post evaluation of Cohesion Policy programmes 2007-2013, focusing on the European Regional Development Fund (ERDF) and the Cohesion Fund (CF)

[17] Bjarki Valtysson, « Camouflaged Culture : The ‘Discursive Journey’ of the EU’s Cultural Programmes », Croatian International Relations Review, XXIV (82), 2018.

[18] Clive Gray, « Commodification and instrumentality in cultural policy », International Journal of Cultural Policy, 13 :2, 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.