Catégories
Uncategorized

La coopération culturelle transmanche sous le prisme du « Brexit »: Etat des lieux au Royaume-Uni

BREXIT
Quel avenir pour la coopération culturelle avec nos voisins britanniques? (Crédit photo: KERBSTONE, freeimages.com)

Le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne est un long processus enclenché après le référendum du 23 juin 2016, et qui commence seulement à révéler toutes ses conséquences. En ce qui concerne les programmes européens de coopération culturelle, les choses ont d’abord continué à se dérouler comme prévu : tant qu’aucun accord n’était mis en place, le Royaume-Uni maintenait tacitement sa participation aux programmes (culturels ou autres) de l’Union européenne dans lesquels il s’était déjà engagé ; un état de fait confirmé par l’accord du 17 octobre 2019. Celui-ci stipule en effet que « les programmes et activités de l’Union engagés au titre du cadre financier pluriannuel pour les années 2014-2020 (…) sont mis en œuvre en 2019 et 2020 en ce qui concerne le Royaume-Uni sur la base du droit de l’Union applicable ». Ainsi, les engagements contractés en 2014 ont été honorés malgré le chaos politique ; la rupture n’a pas été aussi brutale qu’elle aurait pu l’être ; et le grand bouleversement définitif a été différé durant plus de quatre années, jusqu’à aujourd’hui. S’agissant de l’avenir, l’accord proclame clairement que « le Royaume-Uni est considéré comme un pays tiers aux fins de la mise en œuvre des programmes et activités de l’Union engagés au titre du cadre financier pluriannuel applicable à partir de l’année 2021 »[1].

Le Royaume-Uni participera encore à quelques programmes scientifiques ou technologiques comme Horizon Europe et Euratom, et d’autres programmes engagés avant 2020 se poursuivront encore quelque temps, mais fondamentalement, 2021 est le début d’une nouvelle ère. En matière de coopération culturelle transfrontalière, et même, plus généralement, de financement de la culture au Royaume-Uni, le changement est considérable. Une étude récente menée par Charlotte Faucher de l’Université de Manchester (intitulée « The Arts After Brexit » et publiée en novembre 2020) s’ouvre ainsi : « The European Union has been a vital organ of solidarity and investment for the cultural system of the UK (…) ». L’étude rapporte la déception et les inquiétudes émanant du secteur culturel et artistique britannique confronté aux conséquences du Brexit, un secteur que Charlotte Faucher décrit comme étant foncièrement européen dans ses « dispositions et ses perspectives », et qui considère à présent son avenir avec pessimisme (un pessimisme évidemment accru depuis la crise liée au Covid-19)[2].

Il faut bien comprendre que le retrait de l’Union européenne n’impliquait pas nécessairement un retrait automatique de tous ses programmes de coopération culturelle. Jusqu’au dernier accord, de nombreux acteurs du secteur espéraient encore que la participation à des programmes tels que Creative Europe et Erasmus se poursuivent malgré tout[3]. L’étude de Faucher cite d’ailleurs la consternation du gouvernement écossais face au retrait complet de Creative Europe, le programme culturel le plus important de l’UE. Le retrait d’Erasmus a, lui, été déploré jusque dans la presse internationale avec ce titre du New York Times du 4 janvier 2021 : « Britain Mourns a Cherished Education Exchange Programme Ended by Brexit »[4]. Si l’économie britannique a pour l’instant pu éviter, de justesse, la séparation la plus radicale possible avec le marché européen, il n’en va pas de même pour le domaine de la coopération culturelle. On peut dire que, s’agissant de coopération culturelle, le Brexit a finalement été celui de la sorte que l’on craignait pour le secteur économique : un no deal Brexit, d’une certaine manière (et si l’on met de côté quelques exceptions, telle que la continuation de certains programmes avec l’Irlande).

De ce fait, le secteur culturel britannique a de bonnes raisons de s’inquiéter pour son avenir. Le retrait des programmes de coopérations est symptomatique d’une certaine attitude du gouvernement vis-à-vis du financement de la culture. D’après une étude (publiée en 2019 par le Budapest Observatory) sur le financement public de la culture en Europe entre 2004 et 2017, le Royaume-Uni était, avec la République d’Irlande, le pays de l’Union qui avait consacrée la plus petite part de son PIB au « secteur de la culture, des loisirs et de la religion » (environ 0,6% ; contre environ 1,3% pour la France et presque 3% pour la Hongrie)[5]. Boris Johnson lui a certes promis un investissement de 1,57 milliard de livres sterlings l’été dernier[6], mais il s’agit essentiellement d’une tentative de sauvetage d’un des secteurs les plus atteints par la crise sanitaire et les fermetures temporaires de lieux publics. Comme on le voit, seul une perspective de faillite a pu mener à une aide financière aussi conséquente, et avant que le Covid-19 n’ait révélé l’étendue de ses conséquences ces prochaines années, il sera sans doute plus judicieux de juger l’action des gouvernements sur la période qui a précédé la crise. La perspective de la perte des financements européens ne semble pas avoir été prise en compte avec autant de sérieux par le gouvernement de Boris Johnson, et ce alors que, en 2018 déjà, l’Union européenne avait prévu d’augmenter le budget de Creative Europe d’un milliard d’euros (budget qui, en décembre 2020, est officiellement passé de 1,4 à 2,2 milliards d’euros)[7]. Il est difficile de savoir si la part des financements octroyée au Royaume-Uni aurait augmenté en conséquence, mais on peut tout de même se demander, avec le gouvernement écossais, pourquoi aucun effort n’a été fait pour conserver au moins une partie d’un financement qui entre 2014 et 2018 s’était déjà élevé à 89,5 millions de livres sterlings (selon Creative Europe Desk UK)[8].

Creative Europe Desk UK indique également que ces 89,5 millions de livres ont été attribués à 376 organisations différentes, toutes établies au Royaume-Uni[9]. La diversité et le nombre d’organisations bénéficiaires sont souvent soulignés par les programmes culturels de l’UE, mais c’est pourtant sur ce point qu’un rapport commandé par Arts Council England base sa principale critique du financement européen de la culture. Selon ce rapport, les financements ne seraient pas assez largement répartis : «only a minority of stakeholders have benefitted from EU funding ». Seulement 14% des organisations sondées par le rapport disaient avoir bénéficié d’une source de financement européenne ou internationale (dont Creative Europe, Erasmus et Interreg). Le rapport, intitulé « Impact of Brexit on the arts and culture sector » (2017)[10], a été cité par le Guardian pour dénoncer l’impact négatif du Brexit sur le secteur culturel au Royaume-Uni[11], et, bien que toutes ses conclusions n’aillent pas dans le sens des Remainers, il précise en effet que la perte des financements européens suscite l’inquiétude d’une grande partie des acteurs interrogés. Le financement européen, plus souvent ad hoc que régulier (une autre conclusion du rapport), était donc jugé potentiellement utile par un certain nombre d’acteurs qui n’en avaient pourtant pas bénéficié. De façon générale, il existe des critiques du financement de la culture par l’UE – des critiques de sa répartition et de la pertinence des projets bénéficiaires, par exemple -, mais très peu de professionnels du secteur culturel considèrent le Brexit comme un changement qui ne serait pas pour eux entièrement négatif, voire désastreux à tous égards. « The Arts After Brexit » en particulier est très clair à ce propos.

« The Arts After Brexit » interroge notamment Joe Mackintosh, le dirigeant de SeaChange Arts, une organisation d’arts de la rue établie à Great Yarmouth, ville qui a voté pour quitter l’UE à une majorité de 71,5% (et qui était le sujet d’un court reportage de la BBC en janvier 2019 intitulé « Great Yarmouth : a town that wants a no-deal Brexit »)[12]. Selon lui, le plus grand frein à la coopération culturelle transfrontalière au Royaume-Uni n’a pas été le Brexit, mais, presque une décennie auparavant, la crise économique de 2008, qui a mené à de fortes mesures d’austérité et de réduction des dépenses publiques. Un certain discours politique des années 2010 aurait également consisté à dénigrer l’importance du domaine culturel et à considérer son financement comme une dépense publique inutile. En parlant des demandes de financement en Angleterre pour Interreg IV A transmanche (un financement dont SeaChange Arts a bénéficié en tant que partenaire pour trois projets : PASS, ZEPA et ZEPA II pour les arts du cirque et de la rue)[13], Mackintosh révèle que les administrateurs britanniques étaient même réticents à employer le mot « culture » dans leurs appels d’offres. Etant donné ce climat défavorable pour la culture, qui a précédé le Brexit, on avancera l’hypothèse que l’existence de financements européens comme ceux d’Interreg était essentielle pour que certains projets de coopération culturelle puissent être organisés par les associations et les collectivités locales. Le no deal Brexit pour la coopération culturelle transfrontalière vient mettre en danger les possibilités d’organisation de tels projets à l’avenir, et réussira peut-être là où la crise économique de 2008 avait heureusement échoué[14].

Lorsque l’on parcourt l’Accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, on se rend rapidement compte que le secteur de la culture (même incluant celui du tourisme) était loin d’être une priorité lors des négociations. L’ « agriculture » et l’ « aquaculture » (et la « culture des perles ») y sont des mots plus souvent cités que la « culture » tout court. Le secteur culturel en lui-même est ici d’ailleurs probablement moins sous-estimé par les négociateurs que ne l’est la notion – pourtant si emblématique du rôle que se propose de jouer l’UE depuis trente ans – de coopération culturelle transfrontalière. Entre le Royaume-Uni et ses voisins, le libre échange semble avoir encore de belles années devant lui. Quant à l’échange culturel, il risque de se noyer – pour adapter une phrase de Marx et Engels – dans les eaux glacées de la Manche[15]


[1] L’accord est disponible ici, en plusieurs langues : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?qid=1580206007232&uri=CELEX%3A12019W/TXT%2802%29

[2] The Arts After Brexit de Charlotte Faucher est disponible ici : https://presspage-production-content.s3.amazonaws.com/uploads/1369/theartsafterbrexitfinal.pdf

[3] Un espoir illustré, par exemple, dans cet éditorial de Vivienne Stern, directrice de Universities UK International, publié par le magazine en ligne suédois Curie et daté du 4 décembre 2018 : https://www.tidningencurie.se/en/kronikor/after-brexit-our-collaboration-must-continue-2/

Le retrait total d’Horizon Europe et Erasmus y est envisagé par Stern comme étant « le pire des scénarios possibles ».

[4] https://www.nytimes.com/2020/12/29/world/europe/brexit-erasmus-uk-eu.html

[5] Public Funding of Culture, 2004-2016, The Budapest Observatory, mars 2018, disponible ici : https://www.researchgate.net/publication/324273862_Public_Funding_of_Culture_in_Europe_2004-2016

[6] https://www.theguardian.com/world/2020/jul/05/boris-johnson-uk-lifeline-arts-heritage-sector-afloat

[7] https://cultureactioneurope.org/news/2-2-billion-for-creative-europe-under-the-final-mff-deal/

[8] https://www.creativeeuropeuk.eu/news/update-creative-europe-and-outcome-eu-referendum

[9] https://www.creativeeuropeuk.eu/results

[10] Rapport disponible ici : https://www.artscouncil.org.uk/sites/default/files/download-file/Arts%20Council_Brexit%20Research%202017_Report_FINAL.pdf

[11] https://www.theguardian.com/culture/2020/nov/17/arts-after-brexit-study-warns-of-two-year-cultural-hiatus-in-uk

[12] https://www.bbc.com/news/av/uk-politics-46869491

[13] PASS (« Arts du Cirque de part et d’autre de la Manche II », avec un budget d’environ 4 millions d’euros) et ZEPA I et II (« Zone Européenne des Projets Artistiques », avec un budget d’environ 6 et 2,5 millions d’euros respectivement) pour la diffusion transmanche des arts du cirque et de la rue, font partie des 39 projets culturels d’Interreg IV A transmanche (2007-2013), un programme de l’UE pour la promotion de la coopération transfrontalière entre le sud de l’Angleterre et le nord-ouest de la France.

[14] D’autant plus qu’Interreg ne continuera pas : https://www.channelmanche.com/en/news-and-media/latest-news/brexit-update-2/

[15] « Elle (la bourgeoisie) a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse, de l’enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité petite-bourgeoise dans les eaux glacées du calcul égoïste. », Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du parti communiste, Paris, Editions sociales, 1976, p. 34.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.